Bruges - bâtiment KAM

Au sud de la gare de Bruges, un complexe de bureaux durable de 44.000 m² a été réalisé dans la ligne du schéma directeur Neutelings-Riedijck, en combinaison avec un nouveau hall d’entrée de la gare digne de ce nom situé dans l’axe du passage souterrain destiné aux voyageurs. Ce dernier a été élargi pour former un « couloir urbain », trait d’union entre le centre de Bruges et la commune de Sint Michiels. 

La haute façade centrale vitrée met en évidence l’entrée de la gare. Les éléments transparents permettent de voir le mouvement des trains sur les voies surélevées toutes proches. Dans le fond, on aperçoit, dans le prolongement du hall d’entrée, le passage souterrain élargi qui relie les deux quartiers de la ville.  

Le socle du “Kamgebouw”, qui compense la différence de niveau entre le côté nord et le côté sud de la gare, permet également de séparer la circulation des piétons et des cyclistes. Il intègre en même temps en son centre un abri à vélos de 900 places facilement accessible. A l’extrémité du bâtiment, du côté de la Spoorwegstraat, se trouve l’entrée du parking souterrain, qui compte un total de 800 places et est spécialement destiné aux navetteurs et aux bureaux.  

Le “Kamgebouw” a été conçu sur la base de la structure en peigne présente sur le plan Neutelings – Riedijck. Il s’agissait d’une séquence de blocs fermés et de maillons “flottants” qui créerait une certaine transparence grâce à laquelle l’activité ferroviaire restait visible. 

Le Kamgebouw s’intègre dans la vision de densification des quartiers des gares, présente aussi bien dans le plan de structure flamand que dans le plan stratégique d’urbanisme de la Ville de Bruges. Cela permet de renforcer l’accessibilité aux transports publics. Le Kamgebouw se situe aussi à distance de marche du centre de Bruges.  

En raison de la proximité des voies, on a choisi d’intégrer une deuxième façade dans le bâtiment. Elle paraît d’une grande solidité en raison de sa simplicité architecturale et elle crée une zone de confort aussi bien sur le plan acoustique (bruits et vibrations) que comme protection contre la poussière véhiculée par le vent. En outre, elle donne l’impression d’une plus grande distance entre les bureaux et les voies. 

La zone de confort entre les bureaux et les voies, à côté de la « paroi acoustique ».

Afin d’éviter la propagation des vibrations des voies situées à proximité, les bureaux du Kamgebouw sont totalement séparés du mur de soutènement. 

Le choix de la brique comme matériau de façade était tout indiqué vu la proximité d’un complexe en briques de style néogothique datant de +/- 1900.

Afin d’accentuer encore le volume monolithique du Kamgebouw, on a opté pour un format de brique allongé avec du ciment coloré mis en œuvre en creux. 

Les brise-vue ou grillages de la façade sont modulés en fonction de la modulation du bâtiment. Outre une fonction de protection solaire, ils ont également pour rôle de briser le caractère répétitif de la façade. 

Pendant les travaux de terrassement du parking souterrain du Kamgebouw, il a fallu recourir à l’utilisation de pieux sécants et d’ancrages provisoires pour assurer la stabilité de la voie 10 située en hauteur et maintenue en service. Les trains de marchandises ont pu continuer de circuler sans problème à quelques mètres seulement du mur de soutènement.