Ligne Bruxelles-Louvain

La ligne 36 entre Bruxelles et Louvain a fait l’objet d’une modernisation depuis 1998. La capacité ferroviaire a doublé, passant de deux à quatre voies.

Ces travaux ont été réalisés par Tucrail, de même que les tunnels piétonniers.

Par la même occasion, on a réalisé deux nouvelles gares et rénové six haltes, ajoutées aux accès existants. L’avant-projet et les études en ont été confiés à Eurostation.

 

Le concept se fonde sur l’idée qu’une gare ou une halte doit reprendre sa place de symbole dans les alentours et réunir les différentes fonctions d’une gare, telles que les accès, les espaces d’attente et les emplacements pour vélos. En outre, cinq éléments occupent une place centrale : l’accessibilité, la communication d’informations, la climatisation, la gestion du bruit, la sécurité et le vécu.

 

Pour les gares et les haltes les plus importantes, une des données centrale du concept réside dans le volume transparent - ou ‘cage de verre’ - situé près des accès principaux et qui regroupe les différentes fonctions et éléments de la gare.

 

Pour les haltes plus petites, on a opté pour un volume en métal déployé, avec des auvents pour vélos séparés ou intégrés, et, pour les arrêts en contrebas, on a choisi des escaliers d’accès intégrés dans un caisson protecteur, avec des auvents séparés pour les vélos.

 

Les quais de ces gares et arrêts ont également été rénovés. Désormais, les voyageurs peuvent monter dans le train via des zones piétonnes équipées de protections transparentes et, par mauvais temps, se réfugier dans les abris.

La ‘cage de verre’ se compose d’une structure porteuse en acier munie de grands panneaux de façade en verre et d’une toiture en panneaux sandwichs isolants en acier. La ‘cage de verre’ permet d’accéder à toutes les zones de la gare ou de l’arrêt. La ‘cage de verre’ comprend la protection des pentes et escaliers d’accès, les abris pour vélos situés au-dessus des accès, les zones d’attente, et, dans les gares, une salle de guichets avec sanitaires.  

En contraste avec la structure de verre et d’acier, les abris pour vélos sont équipés d’un faux plafond en pin norvégien. L’aération – en dehors des ouvertures d’accès – est assurée par des grilles sur tout le pourtour entre les deux niveaux et des lamelles continues au-dessus de la ‘cage de verre’.  

Les abris équipés d’auvents en verre séparés ou intégrés destinés à abriter les vélos se composent aussi d’une structure porteuse en acier, mais la finition des murs est en métal déployé et la toiture se compose d’un panneau multiplex muni d’une étanchéité en EPDM. Le métal déployé, contrairement au verre, ne demande pas un nettoyage fréquent, et les mailles sont choisies en fonction de la protection contre la pluie. 

Les haltes situées en contrebas sont équipées d’escaliers d’accès intégrés dans un caisson au départ d’un pont existant. Cet escalier se compose également d’une structure porteuse en acier, de parois en métal déployé et de marches en tôle d’acier pliée et perforée. L’escalier débouche sur la zone abritée. 

Les haltes situées en contrebas sont équipées d’escaliers d’accès intégrés dans un caisson au départ d’un pont existant. Cet escalier se compose également d’une structure porteuse en acier, de parois en métal déployé et de marches en tôle d’acier pliée et perforée. L’escalier débouche sur la zone abritée.